‘Relations Publiques’ riment avec ‘Médias Sociaux’ !

À l’ère du tout Internet, le métier d’attachée de presse change et prend une dimension 2.0.

Aujourd’hui, les relations presse sont au cœur d’une stratégie de communication plus globale qui intègre la dimension digitale et, de plus en plus, les nouvelles pratiques des médias sociaux. Quand les uns, à la vision plus traditionnelle, rechignent à intégrer le Community Management dans les tâches du chargé de Relations Publiques, les autres parlent d’earned media. Quoi qu’il en soit, les qualités requises pour devenir attachée de presse aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’il y a seulement 10 ou 15 ans. Le “consultant en relation avec les publics” peut gérer les médias sociaux et les techniques de référencement, qui maîtrise également les spécificités sectorielles de son client.

Place à  l’e-reputation grâce à votre attachée de presse !

Le Web cristallise tout ce qu’il se dit d’une marque ou d’une entreprise, qu’il s’agisse de la communication de la marque elle-même, ou des publications de tiers. Pour une marque, la notion d’e-réputation est relative à la nature des propos qui la concernent et qui sont les plus visibles sur Internet : inexistants, neutres, positifs, ou négatifs. Concrètement, quand je tape le nom d’une marque ou du’nbe personne (corporate) dans un moteur de recherche, qu’en ressort-il ? Si les premières publications sont neutres (site de la marque, page Wikipédia) ou négatifs (article de blog assassin, avis défavorable sur un site d’avis consommateurs), il faudra agir rapidement pour soigner son e-réputation. En effet, 77 % des internautes préparent leur achat sur Internet via les moteurs de recherche….

Les relations publiques sont l’ensemble des méthodes et des techniques utilisées par des organisations (entreprises, associations, institutions) pour informer les publics de leurs réalisations, promouvoir leur image de marque, susciter de la sympathie à leur égard. Lorsque le Web social n’existait pas, les journalistes étaient les premiers relais d’opinion, d’où l’importance des relations presse. Aujourd’hui, avec l’avènement du Web 2.0, les relais d’influence se sont multipliés. Par conséquent, on ne peut plus se permettre de faire une campagne de relations presse sans prendre en compte les acteurs du digital.

Alors, à part les journalistes Web, il faudra détecter les blogueurs et spécialistes du secteur. Certains  sont des acteurs du Web ayant un  poids auprès des internautes dans leur domaine et s’exprimant sur une ou plusieurs plateformes (Youtube, Twitter, Instagram, LinkedIn…).

Cela demande d’avoir une approche différente : un journaliste est un professionnel, un blogueur pas toujours. Il faut savoir adapter son discours en fonction de son destinataire.

Consultance et gestion du web par un bureau PR…

L’animation des plateformes sociales est l’aboutissement d’une stratégie de communication menée avec la marque pour soigner sa visibilité en ligne (et donc son e-reputation). Il faut savoir définir une ligne éditoriale destinée aux réseaux sociaux. Cela nécessite un certain nombre de recherches sur son environnement, son champ de compétences et sa clientèle. Il faut définir quels réseaux sociaux sont les mieux adaptés à ce client et à la diffusion de ses messages, puis animer ces plateformes avec du contenu exclusif, des actualités liées à la société et à son métier.

De la veille et beaucoup de rédactionnel….Ainsi,  il existe sur le Web de nombreux outils pour “monitorer” ce qui se dit d’une marque sur l’ensemble des médias sociaux. Ils entrent en ligne de compte dans la gestion de l’e-reputation, il est donc nécessaire de les gérer : répondre aux internautes qui nous interpellent via Facebook, Twitter ou une autre plateforme sociale, les faire réagir avec des publications dédiées à la marque ou à son univers, ou encore les récompenser par le biais de jeux ou de concours.

Le Community Management prend tout son sens et est essentiel dans tout plan RP…cela devient un automatisme mais nécessite une méthodologie adaptée à l’ère des médias sociaux…

7 astuces pour (re)booster votre créativité

Vous croulez sous le travail, vous courez d’une réunion à l’autre, vous vous dépêchez de terminer le rapport pour la compta et vous devez encore compiler le dossier pour ce gros client qui attend votre feedback. Au final, vous vous retrouvez happé(e) dans le tohu-bohu de la vie active et vous n’avez même plus le temps de… penser ! Vous êtes en mode pilote automatique et effectuez vos tâches à la chaîne, à la manière d’un robot. Nous vous livrons 7 astuces qui vous aideront à lever le pied et à dégager du temps pour rebooster votre créativité.

1. Faites de votre petit-déjeuner un moment privilégié

Profitez pleinement de ce moment de solitude avant de vous lancer dans le rush du boulot. Exit vos appareils mobiles en tout genre, exit la lecture du journal devant votre bol de céréales, exit la vérification compulsive de vos e-mails et la rédaction de votre to-do list de la journée. Faites de votre petit-déjeuner un moment privilégié où vous vous retrouvez avec vous-mêmes et laissez libre cours à vos pensées.

2. Simplifiez-vous la vie

Épargnez-vous le stress inutile de la désorganisation (« Mais où ai-je encore rangé ce dossier ?! »). Terminez toutes vos journées par le même rituel : rangez vos affaires à leur place (bien déterminée) et dressez la liste des tâches à effectuer pour le lendemain (préparez déjà les dossiers dans l’ordre).

3. Votre pause du midi, une vraie… pause !

À moins que vous ne déjeuniez avec un client, vous avez tendance à zapper la pause du midi et à manger votre sandwich devant votre écran d’ordinateur. Malheur à vous ! La pause midi est essentielle pour recharger vos batteries. Allez faire un tour, loin de votre bureau. Déconnectez-vous complètement.

4. Détendez-vous avant de prendre une pause

Vous ne profiterez pas pleinement de votre pause si vous la prenez alors que vous venez d’achever une tâche stressante, qui continuera à occuper vos pensées. Essayez de terminer par une activité simple avant de prendre votre pause. Vérifiez votre to-do list ou mettez de l’ordre sur votre bureau.

5. Faites un détour

Si vous habitez près du travail, ne rentrez pas directement chez vous. Essayez d’abord de véritablement vous déconnecter, de décrocher du boulot en dégotant un endroit qui ferait guise de transition : rendez-vous à la salle de sport, promenez-vous dans un parc, allez boire un café (oui, tout(e) seul(e) c’est agréable aussi !) dans un endroit qui vous évoquera la sérénité.

6. Bousculez votre routine

En bousculant vos habitudes, vous vous extirperez de ce fameux mode « pilote automatique ». Sortir du quotidien vous forcera à penser à ce que vous faites et à faire le point sur ce que vous avez accompli au cours de votre journée. Variez les moments où vous prenez des pauses, changez les endroits et les moments où vous allez déjeuner. Parfois, il suffit de troquer votre sempiternel café contre des boissons éclectiques (thé, jus, soda, eau, chocolat chaud, etc.).

7. Coupez votre téléphone

Oui, c’est dur, mais vous pouvez le faire ! En rentrant chez vous, pendant vos pauses, bref, à n’importe quel moment de la journée, accordez-vous 30 minutes au cours desquelles vous n’êtes pas joignable. Pas de sms, pas de coups de fil, pas de 3G, rien que vous et vos pensées ! Vous ressortirez ressourcé(e) de cet isolement.

Source : Forbes

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑