15 conseils pour faire la UNE grâce à vos Relations Presse !

Vous avez l’impression que les médias vous boudent ?
Ils ne reprennent jamais vos communiqués de presse ou presque ?
Voici quelques conseils qui vous permettront de leur faire tendre l’oreille !

 1/ Constituez une bonne base de journalistes

Inutile d’envoyer votre communiqué de presse à n’importe qui. Sélectionnez les médias susceptibles d’être intéressés par votre secteur. Avant tout, ciblez les bons journalistes dans la rédaction (le chef de rubrique du thème qui vous intéresse). Vous trouverez les contacts dans l’ours des journaux, dans la rubrique contacts des sites ou encore sur les sites des émissions radio ou télé. Aussi, n’oubliez pas : l’envoi d’un communiqué de presse ne suffit généralement pas. Relancez les journalistes par téléphone, demandez-leur ce qu’ils en ont pensé et flairez les opportunités en parlant avec eux. Pour optimiser vos chances de faire l’objet d’un article, soyez présent dans les différents évènements et conférences liés à votre secteur. Les journalistes qui vous intéressent y seront sûrement aussi. Vous pourrez facilement créer un contact et réfléchir ensembles (avec votre attachée de presse/porte-parole ou en direct) à des opportunités.

2/ Connaissez bien les médias auxquels vous vous adressez

Réalisez plusieurs types de communiqués de presse en fonction des genres de médias que vous ciblez. Mieux, personnalisez les communiqués en fonction du média ciblé et soyez force de proposition. Si vous savez qu’un journal publie chaque jour une rubrique « insolite » par exemple, et que justement l’idée de votre entreprise est hors du commun, contactez le bon chef de rubrique et proposez-lui directement de traiter votre sujet dans sa rubrique Insolite. Vous pouvez d’ailleurs le préciser directement dans l’objet de votre e-mail.

3/ Ayez un concept d’entreprise original

Les journalistes sont à l’affut des start-ups ayant un concept insolite ou très innovant. Ils savent bien qu’un petit article sur une entreprise hors du commun attirera plus de lecteurs qu’un speech à tendance geek sur un nouveau progiciel high tech ! Pensez à être innovant, avant-gardiste…précurseur ou en tous les cas, ayez une réelle news…

4/ Surfez sur l’actu

Comment placer un pitch sur son entreprise dans les pages « actus » des journaux ? Tout simplement en surfant sur les évènements avec habileté. Vous pouvez essayer déjà en amont de vous placer dans les fichiers des journalistes comme un expert d’un sujet en rapport avec votre entreprise. Dès qu’une actualité en lien avec votre secteur tombe, vous aurez des chances d’être contacté pour réagir. Autre bon plan, relier sa communication à une actu « news ».

5/ Faites une annonce choc

Ça ne coûte pas grand-chose, et ça peut faire des miracles ! Imaginez une annonce étonnante, voire insolite à envoyer à la presse. Si la déclaration est suffisamment crédible et originale, vous pourriez bien faire le buzz dans les médias. Une start-up britannique a utilisé avec brio cette stratégie et a réussi à faire parler d’elle dans le monde entier. En août 2012, juste après la victoire d’Usain Bolt au 100m, l’entreprise de livraison rapide Shutl envoit une lettre au sportif. La start-up, qui se déclare détenir le record de la livraison pour sites e-commerce la plus rapide au monde, demande à Usain Bolt quelques conseils pour améliorer encore ses performances en terme de rapidité. En échange, la start-up s’engage à le payer en McNuggets (avant sa finale aux J.O, il avait mangé un McNuggets ) ! L’info a fait le tour du monde. Mais l’histoire ne dit pas si Usain Bolt a accepté le deal ! Autre annonce qui, à l’époque, avait bien fait parler d’elle : une marque anglaise de produits pour bébés avait, en 2013, envoyé une proposition d’embauche à la fille de David et Victoria Beckham, Harper. La start-up demandait au bébé star de devenir son égérie. Si la petite fille n’a pas répondu à l’appel, les journalistes, eux, se sont rués sur l’info.

6/ Communiquez sur une levée de fonds

La signature d’une levée de fonds est toujours l’occasion de se faire connaître de la presse spécialisée. Dans le cas de levées de fonds plus importantes, c’est la presse dans son ensemble qui peut être intéressée par l’info et vouloir en savoir plus.

7/ S’engager…

Prôner une cause et se placer comme son porte-parole est un bon moyen de faire parler de soi et de son entreprise. Même si les entrepreneurs qui s’engagent ne le font pas pour faire le buzz autour de leur start-up, la conséquence est bien là.

8/ Publiez des sondages et des livres blancs

Transmettre aux rédactions des différents médias en lien avec son cœur de métier des sondages, baromètres ou livres blancs réalisé par votre entreprise est un bon moyen de faire parler d’elle. Réalisez des sondages pertinents par rapport à votre secteur, si possible en lien avec l’actualité, ou réalisez des livres blancs, ces textes faisant un état des lieux d’une situation et proposant des solutions pour la faire évoluer. Vous vous placerez ainsi comme la référence de votre secteur dans la tête des journalistes.

9/ Participez à des concours pour entrepreneurs

Vous n’avez peut-être pas d’argent pour financer une campagne de communication, mais les organisateurs des concours liés à l’entrepreneuriat, eux, disposent de ce budget. En étant lauréat d’un concours, vous bénéficierez d’une couverture médiatique liée à l’évènement. De plus, les médias se tourneront plus volontiers vers vous : dès qu’ils voudront faire intervenir un entrepreneur, ils auront le réflexe de chercher du côté des lauréats des concours dédiés.

10/ Valorisez son expertise

Envoyez aux médias des tribunes d’expert ou des propositions d’expertise liées à votre secteur d’activité est un excellent moyen d’être sélectionné pour vous exprimer dans les médias, et donc pour faire parler de votre entreprise.

11/ Faites preuve d’originalité

Si vous pensez taper dans l’œil des journalistes avec votre dossier de presse qui ressemble au mot près aux 100 autres qu’ils reçoivent chaque jour, vous vous trompez ! Pour attirer l’intérêt des journalistes et avoir la chance de faire l’objet d’un article ou d’une participation à une émission, faites en sorte de vous démarquer. Stop aux sempiternels communiqués de presse qui ressemblent à un argumentaire commercial. Soyez audacieux et inventif. Pensez par exemple à la chaîne de télévision National Geographic qui, en 2012, pour lancer sa nouvelle émission dédiée aux reportages sur les personnes qui se préparent à la fin du monde, avait envoyé aux journalistes un dossier de presse un peu spécial… Une boîte, livrée par un coursier en camisole et masque à gaz, contenait un kit de survie pour résister au chaos : un guide de conseils de survie, un masque à gaz, une boussole, des vidéos, et une application de survie, créée spécialement pour l’occasion. Inutile de dire que toutes les rédactions en ont parlé !

12/ Traquez les demandes de témoignages

Connectez-vous aux comptes Twitter et Facebook des différents médias web, TV et presse : certains y diffusent les types de profils qu’ils recherchent pour leurs prochains sujets. Contactez sinon directement les médias pour connaître leur calendrier rédactionnel. Dans tous les cas, dès que vous sentez qu’un sujet ou un profil recherché correspond bien à votre cas ou au secteur de votre entreprise, soyez force de proposition.

13/ Suscitez la curiosité

Si vous souhaitez faire parler de votre entreprise dans les médias, vous pouvez essayer la technique dite du « teasing ». Cette méthode vise à éveiller la curiosité de vos interlocuteurs en lâchant quelques informations, sans non plus trop en dire. Inspirez-vous des Daft Punk qui, pour le lancement de leur nouvel album en 2013, ont donné une belle leçon de marketing en pratiquant subtilement la stratégie du teasing. Le groupe a d’abord dévoilé quelques secondes de leur premier titre, Get Lucky, avant d’en laisser filtrer un peu plus. Les fans, aussi bien que les journalistes, se sont mis en quête d’une éventuelle fuite du morceau entier afin d’être les premiers à révéler le clip. Entre éléments dévoilés au fur et à mesure et rythmes qui ont réussi à fuiter (sûrement divulgués volontairement par la production), le morceau a fait le buzz… et est devenu un tube !

14/ « Achetez » les journalistes !

C’est bien connu, les journalistes de la presse féminine sont couverts de cadeaux en tous genres. Les marques le savent bien : pour avoir une chance de faire parler de leurs produits, il faut « amadouer » les journalistes en leur offrant leurs crèmes ou leurs vêtements ! S’il ne suffit pas de compter sur cela pour être sûr de voir votre entreprise mise à l’honneur dans un magazine ou à la télé, ce sera tout de même un plus. Si vous commercialisez un service, n’hésitez pas à inviter les journalistes à tester votre offre. Votre entreprise ne fait pas de produits ou service à tester facilement ? Pas de soucis, pensez à des « goodies » en rapport avec le thème de votre activité.

15/ Ne commettez pas une des erreurs !

Il y a quelques erreurs qui, si vous les faites, pourraient bien précipiter votre communiqué de presse dans la poubelle des journalistes  comme…faire des fautes d’orthographe, mettre un titre complètement banal (ou un objet passe partout pour un email), sur-vendre le produit, envoyer un communiqué trop long, présenter plusieurs informations différentes dans un même communiqué ou encore envoyer des communiqués de presse tous les jours. Hélas, certains le font !

7 astuces pour (re)booster votre créativité

Vous croulez sous le travail, vous courez d’une réunion à l’autre, vous vous dépêchez de terminer le rapport pour la compta et vous devez encore compiler le dossier pour ce gros client qui attend votre feedback. Au final, vous vous retrouvez happé(e) dans le tohu-bohu de la vie active et vous n’avez même plus le temps de… penser ! Vous êtes en mode pilote automatique et effectuez vos tâches à la chaîne, à la manière d’un robot. Nous vous livrons 7 astuces qui vous aideront à lever le pied et à dégager du temps pour rebooster votre créativité.

1. Faites de votre petit-déjeuner un moment privilégié

Profitez pleinement de ce moment de solitude avant de vous lancer dans le rush du boulot. Exit vos appareils mobiles en tout genre, exit la lecture du journal devant votre bol de céréales, exit la vérification compulsive de vos e-mails et la rédaction de votre to-do list de la journée. Faites de votre petit-déjeuner un moment privilégié où vous vous retrouvez avec vous-mêmes et laissez libre cours à vos pensées.

2. Simplifiez-vous la vie

Épargnez-vous le stress inutile de la désorganisation (« Mais où ai-je encore rangé ce dossier ?! »). Terminez toutes vos journées par le même rituel : rangez vos affaires à leur place (bien déterminée) et dressez la liste des tâches à effectuer pour le lendemain (préparez déjà les dossiers dans l’ordre).

3. Votre pause du midi, une vraie… pause !

À moins que vous ne déjeuniez avec un client, vous avez tendance à zapper la pause du midi et à manger votre sandwich devant votre écran d’ordinateur. Malheur à vous ! La pause midi est essentielle pour recharger vos batteries. Allez faire un tour, loin de votre bureau. Déconnectez-vous complètement.

4. Détendez-vous avant de prendre une pause

Vous ne profiterez pas pleinement de votre pause si vous la prenez alors que vous venez d’achever une tâche stressante, qui continuera à occuper vos pensées. Essayez de terminer par une activité simple avant de prendre votre pause. Vérifiez votre to-do list ou mettez de l’ordre sur votre bureau.

5. Faites un détour

Si vous habitez près du travail, ne rentrez pas directement chez vous. Essayez d’abord de véritablement vous déconnecter, de décrocher du boulot en dégotant un endroit qui ferait guise de transition : rendez-vous à la salle de sport, promenez-vous dans un parc, allez boire un café (oui, tout(e) seul(e) c’est agréable aussi !) dans un endroit qui vous évoquera la sérénité.

6. Bousculez votre routine

En bousculant vos habitudes, vous vous extirperez de ce fameux mode « pilote automatique ». Sortir du quotidien vous forcera à penser à ce que vous faites et à faire le point sur ce que vous avez accompli au cours de votre journée. Variez les moments où vous prenez des pauses, changez les endroits et les moments où vous allez déjeuner. Parfois, il suffit de troquer votre sempiternel café contre des boissons éclectiques (thé, jus, soda, eau, chocolat chaud, etc.).

7. Coupez votre téléphone

Oui, c’est dur, mais vous pouvez le faire ! En rentrant chez vous, pendant vos pauses, bref, à n’importe quel moment de la journée, accordez-vous 30 minutes au cours desquelles vous n’êtes pas joignable. Pas de sms, pas de coups de fil, pas de 3G, rien que vous et vos pensées ! Vous ressortirez ressourcé(e) de cet isolement.

Source : Forbes

A FAIRE OU PAS…LA CONFERENCE DE PRESSE

 En ce début 2014…beaucoup souhaitent communiquer mais…faut-il faire ou pas une conférence de presse en plus d’envoyer des infos à la presse?

 La conférence de presse offre l’avantage de jouer sur deux éléments clés d’une stratégie de communication.
C’est un excellent moyen de communiquer une information unique à un grand nombre d’interlocuteurs en étant (presque) assuré de retombées positives. Et, c’est une excellente occasion d’établir des contacts privilégiés avec les journalistes et d’évaluer le niveau de la relation à long terme que l’on tente de créer. La conférence de presse dispose donc d’un statut particulier dans l’esprit des responsables de presse.

 Avant d’en concrétiser l’idée, il convient de répondre à ces 5 questions :

1/ Avons-nous une bonne raison d’organiser une conférence de presse ?

Lancement de produit, présentation des comptes, bilan d’une opération, riposte à une rumeur… On ne mobilise pas les journalistes autour de n’importe quel sujet d’autant qu’il faudra encore pouvoir alimenter l’information de base avec des développements suffisants. Le contenu est donc essentiel.

2/ Nos informations ont-elles un intérêt particulier pour le public ?

Votre information doit non seulement faire bouger les journalistes mais plus encore, générer des retombées rédactionnelles. Une conférence de presse ne peut s’organiser sur base de la seule volonté de l’entreprise de communiquer, sauf si sa situation (cotation boursière) ou sa taille ne l’impose. Il convient donc d’évaluer le poids des informations transmises dans le contexte d’actualité du moment pour espérer les voir relayées.

3/ La conférence est-elle le meilleur vecteur pour cette information ?

Une conférence de presse est l’inverse d’un scoop. Les journalistes n’aiment pas trop le fait de recevoir, tous en même temps, une information identique. Il est d’autre part impératif que son sujet concerne tous les supports de presse et non une partie d’entre eux. C’est pour ces deux raisons que la majorité des conférences de presse s’apparentent aujourd’hui à des «points- presse» qui abordent plusieurs sujets pour que chacun puisse y trouver son compte. Gardez à l’esprit que la conférence de presse est, a priori, dans l’esprit des journalistes une perte de temps. Ayez une réelle valeur-ajoutée.

4/ Disposons-nous des intervenants compétents pour l’animer ?

L’intérêt pour les journalistes d’assister à une conférence de presse pourrait être la possibilité offerte de rencontrer un panel de responsables qu’ils n’ont pas l’occasion de rencontrer dans d’autres circonstances. Animer une conférence de presse n’est pas simple et demande une préparation et une grande capacité de réflexion pour faire face aux questions des journalistes durant la conférence comme lors de la rencontre informelle qui suit.

5/ Avons-nous les moyens de notre ambition ?

La conférence de presse c’est également l’image de l’entreprise traduite dans l’art de recevoir ses invités.
Organisation générale, location de salle, restauration et autres facilités pour les journalistes ne peuvent souffrir le moindre commentaire désobligeant sous peine de ternir l’ensemble de la rencontre.

Bref, réfléchissez en amont de l’organisation d’un tel event…cela est cher et cela n’a pas toujours l’impact souhaité…un bon communiqué de presse suivi de quelques interviews ciblées…est parfois plus efficace.

A suivre…

POURQUOI PAS PREFERER LES RP A LA PUB?

Le poids des mots, le choc des images…

Il ne s’agit surtout pas d’opposer les relations presse à la publicité, tous les deux sont des outils de communication complémentaires mais il est vrai  que la tendance est de plus en plus au rédactionnel.

Il faut dire que depuis déjà de nombreuses années, le consommateur se détourne de plus en plus des marques-paillettes. En période de crise c’est d’autant plus vrai que beaucoup jugent les publicités trop ostentatoires presque injurieuses (à l’exception des marques de luxe, étrangement). Les années 90, qui ont marqué la gloire de la publicité sont belles et bien derrière nous. Les consommateurs sont lassés. Nous sommes maintenant dans l’ère du parler vrai, des valeurs authentiques, du service, de la proximité.Les consommateurs sont aussi plus avertis et souhaitent lire du contenu…valoriser le produit, la marque, le lieu avec des infos…

Le poids des mots pour  une bonne communication RP !

Les relations presse présentent cet avantage grâce au journaliste qui vante vos qualités.
Le journaliste est crédité d’une certaine impalpabilité et neutralité.
L’information est donc plus subtile. Surtout, un même article peut mettre en avant plusieurs aspects en un seul message.

Un article est lu! …L’adage « si c’est écrit, c’est que c’est vrai » a encore de beaux jours devant lui !

Aucune garantie de parution?

Les relations presse, c’est suggérer de l’information à un journaliste. Le journaliste est donc seul juge à reprendre votre information ou non. Alors que lorsque vous achetez de l’espace publicitaire dans un magazine, vous payez pour y paraître à coup sûr. En même temps, c’est plutôt rassurant. Imaginez que le contenu de nos magazines ou sites web soit dicté par quelques uns !
Il en va donc de la liberté de la presse. Il est essentiel de comprendre cela.

Mais un bon communiqué de presse avec un réel contenu et une réelle information a de fortes chances d’être relayé par les journalistes…

Aussi ce n’est pas cher…

…pour le prix d’une demi page de pub dans certains supports vous aurez une communication RP avec un relais dans plusieurs medias. A partir de  1.500 eur, un communiqué peut déjà être envoyé avec un bon suivi et une petite relance…

A méditer…essayer c’est l’adopter pour votre budget !
N'hésitez pas à me contacter pour une information/conseil: muriel@metaphore.be ou 0475 412 413

GEREZ VOTRE INTERVIEW FACE A LA PRESSE/MEDIA…

La formule de l’interview est évidemment très prisée par les journalistes qui ont la possibilité de faire vivre l’information, de la personnaliser.
Pour la majorité des interviewés, au contraire, c’est une épreuve!
Explications et Tips…

Pour éviter tout malentendu, il est important de se poser une question avant d’accepter une entrevue avec un journaliste: « ai-je intérêt à m’exprimer et mettre mon entreprise en évidence?». Vous êtes libre de refuser une interview sans que cela ne porte préjudice à votre image. Mais si vous acceptez le principe, il faudra l’assumer jusqu’au bout et avoir préparé certaines réponses.

Gardez à l’esprit que les deux intervenants n’ont pas le même but lors de cette rencontre.

Attention….Le chef d’entreprise utilise la presse pour faire passer son message alors que le journaliste essaie d’obtenir le plus d’infos possibles pour rédiger son article.

La demande de rencontre émane souvent du journaliste, séduit par un communiqué ou un dossier de presse. Pour que les deux intervenants tirent le meilleur parti de cette rencontre, il est important de:

 1/ Cerner la démarche du journaliste

  • Une demande d’interview de la part d’un journaliste a toujours un objet, un motif. Ce dernier doit être clairement défini pour vous permettre de réfléchir au contenu de votre discours. Prévoyez les  questions que vos propos susciteront, identifiez des exemples à donner.
  • Si vous sollicitez une entrevue, soyez certains,  avant de prendre rendez-vous, que l’objet de votre rencontre en vaille la peine. Fixez  également  le cadre de la discussion. Quelques      jours avant l’entrevue, il vous est loisible d’adresser certains éléments  d’informations au journaliste pour qu’il puisse préparer ses questions.
  • Avant l’interview, demandez au journaliste s’il est  freelance. Si c’est le cas, souvenez-vous qu’il peut utiliser  son entrevue dans tous les supports auxquels il collabore. Vous devez      connaître ces supports car les questions seront différentes en fonction du  public auquel l’interview s’adresse. Pour plus de facilité, vous pouvez  convenir du support dans lequel paraîtra votre discours.
  • Un journaliste n’en sait jamais autant que vous sur  le sujet qui vous concerne. Il est très important de pouvoir évaluer ses connaissances sur le sujet ou du secteur qui vous occupe. Adaptez votre discours comme votre vocabulaire.      Evitez tout recours au jargon de métier et demandez régulièrement à votre interlocuteur s’il vous suit dans vos explications.

 2/ Préparer le message

  •  Il est impossible de tout dire lors d’une rencontre avec un journaliste. La préparation de votre message impose de déterminer une idée forte, un contenu qu’il faudra tenter de faire passer. Cette idée doit pouvoir coller avec l’angle présenté par le journaliste pour justifier l’interview.
  • Soyez conscient que c’est toujours le début de l’interview que le journaliste retient. Le message essentiel à faire passer doit donc être transmis le plus rapidement possible. Il convient donc de hiérarchiser les informations.
  • A la langue de bois et aux néologismes, préférez les chiffres parlants. Votre message doit pouvoir être compris par le plus grand nombre. Utilisez des mots précis et des exemples.

3/ Jongler avec les questions

  •  Le journaliste veut savoir le « pourquoi » et le « comment » des choses. Ce sont les deux questions essentielles qui reviennent dans toutes les interviews. Même si elle ressemble parfois à une agression, la question “pourquoi” est la première posée. Il faut y répondre dans tous les cas de figure. Suivra alors la question “ comment ” qui vous permettra d’illustrer votre propos.
  • Lorsque votre entreprise évolue dans un contexte d’actualité ou sujet à la polémique, vous devrez vous attendre à une question piège. Une question qui sort du sujet mais dont l’actualité impose qu’elle soit posée. L’essentiel dans ce cas est de ne pas se démonter. Répondez calmement, c’est souvent la seule chose que souhaite le journaliste.
  •  Vous avez toujours la possibilité de refuser de répondre à une question. On estime généralement les raisons au nombre de trois:
  •  Les questions trop larges qu’il convient de recadrer au risque de vous faire balader pendant le reste de l’interview.
  •  Les questions irrecevables qui contiennent un jugement a priori de la part du journaliste.
  •  Les questions gigognes qui démontrent une méconnaissance du sujet et perturbent votre schéma.
  •  N’utilisez le “ off the record” qu’avec parcimonie pour répondre à une question. Informer un journaliste d’un fait particulier et confidentiel pour compléter son information ne peut se concevoir qu’avec des gens que vous connaissez et en qui vous avez confiance. La majorité respecte la règle, la minorité peut vous nuire sérieusement.

 TIPS:

  • On ne demande pas à un journaliste de relire l’article auquel vous avez participé avant parution. La seule chose que vous puissiez exiger est de relire vos citations. En général, cela ne donne aucune indication sur le reste de l’article. Ce genre de demande instaure un mauvais climat peu propice à une saine collaboration.
  •  Les journalistes préfèrent se rendre dans l’entreprise pour l’interview, pour être dans l’ambiance de l’entreprise. Soyez naturel et vrai dans votre attitude comme dans vos réponses. Attendez d’avoir rencontré plusieurs journalistes avant de vous rallier aux idées reçues que véhicule la presse!

BIEN REALISER SON DOSSIER DE PRESSE

Le dossier de presse ne doit pas être confondu avec la simple plaquette de présentation de l’entreprise. Le dossier de presse est, avant tout, réalisé pour donner une information, plus complète qu’un simple communiqué de presse et pouvant comporter plusieurs types de documents… dont la fameuse plaquette. Correctement conçu, il pourrait permettre à un mauvais journaliste d’écrire un article complet!

Le dossier de presse combine les aspects factuel (informations brutes), documentaire (les éléments de confirmation de l’information) et anecdotique (éléments qui éveillent la curiosité).

Eléments de composition

  • Un communiqué de presse d’ouverture qui synthétise l’objet du dossier (les mêmes règles que pour le communiqué de presse sont d’application)
  • Un sommaire et les rubriques ordonnées suivant un plan logique
  • Le thème principal. Les informations justifiant l’envoi du dossier (nouveau produit, changement d’actionnaire, etc.)
  • La présentation de l’entreprise proprement dite (éléments de compréhension et données chiffrées)
  • Les éléments d’information pouvant compléter l’information principale (études de marché, perspectives internationales, etc.) situant le contexte de vie de votre entreprise (facultatif).
  • L’ensemble des coordonnées de l’entreprise

 

Eléments d’élaboration

 Le dossier de presse doit être pensé comme un outil de travail pour le journaliste.

  • Toutes les pages d’un dossier sont réunies sous une seule couverture. Chaque page est estampillée au nom de l’entreprise. Le texte est aéré, divisé en paragraphes.
  •  Un dossier de presse doit pouvoir être régulièrement actualisé. Une des techniques pour limiter les coûts consiste à séparer les informations qui présentent l’entreprise et qui n’exigent pas de réactualisation fréquente des informations utilitaires chiffrées.
  •  A ce sujet, ne jamais inclure d’informations chiffrées périmées ou trop anciennes car cela peut décrédibiliser.
  •  Les chiffres prouvent le dynamisme de l’entreprise. Schémas, graphiques et tableaux viennent à l’appui du texte. Ils sont compréhensibles (arrondis et figures simples), exploitables (sources identifiées) et démonstratifs (comparaisons possibles).
  •  Ne proposez pas d’articles déjà rédigés pour conclure votre dossier.
  •  Ne renvoyez pas le même dossier de presse tous les deux mois à des rédactions différentes. Les journalistes n’aiment pas voir que ce qu’ils publient l’a déjà été quelques semaines auparavant par un des confrères.
  •  Surveillez la qualité des visuels proposés dans le dossier de presse. Privilégiez les photos/screeshots. Si vous proposez un envoi de visuels par email, renseignez-vous sur la taille minimum imposée pour la publication.
  • Formats suggérés: Word pour la partie texte, lien ftp pour les visuels.

 

PREPAREZ BIEN VOTRE COMMUNIQUE DE PRESSE…

Qu’il soit sur papier ou en version électronique, le communiqué de presse est l’outil fondamental de la relation entre l’entreprise et le journaliste. Il s’élabore autour d’une information unique, précise et d’actualité. Sa rédaction doit être concise et sa longueur ne doit pas dépasser une page. L’important étant d’aller droit au but, il comporte un titre explicite qui résume l’information la plus importante.

Cette information est complétée par les réponses aux six questions essentielles reprises dans un ‘chapeau’:
6W: Why, Where, When How, Who, What / Qui, Quoi, Quand, Où, Pourquoi et Comment?

Le communiqué de presse est obligatoirement clôturé par l’ensemble des coordonnées de l’entreprise et le nom des personnes-relais à contacter. Souvent, plusieurs noms ou numéros de téléphone valent mieux qu’un.

Vous n’aurez que cinq secondes pour convaincre votre lecteur, pour susciter son intérêt. La première accroche consiste plus à voir qu’à lire. Soyez certains qu’il n’y aura pas de lecture s’il n’y a pas de première accroche.

Contenu des communiqués

Deux types de message peuvent motiver l’envoi d’un communiqué de presse:

1/  L’information pure

Il faut utiliser toutes les occasions de faire parler de soi a bon escient dans la presse en recherchant un thème de communication à diffuser.

Pour des informations liées à l’actualité, on peut

  • soit exploiter une information nouvelle qui s’impose d’elle-même vu son importance pour l’entreprise
  • soit rechercher les éléments qui permettent de rattacher la vie de l’entreprise aux faits d’actualités du moment, et ce, quel que soit le contexte (économique, social, culturel, national, régional, etc.).

 2/ La prise de position

L’entreprise doit se positionner par rapport a certains faits, certaines prises de décisions politiques ou économiques, certains événements marquants de l’actualité et ainsi préciser son attitude, son adhésion ou non à l’événement, la manière dont elle envisage d’y réagir, la stratégie qu’elle compte adopter, les conséquences sur son fonctionnement. Cette prise de position intéresse toujours les journalistes car elle offre à ses lecteurs une nouvelle source d’information.

Approche du communiqué

Le but d’un communiqué de presse est de transmettre des informations. Il ne s’agit pas d’un article déjà écrit. Le journaliste doit pouvoir identifier immédiatement quel intérêt son lecteur pourrait tirer des informations qui lui sont transmises et par quel biais il déclenchera une motivation.

Il pourrait volontiers faire un ‘copié-collé’.

  • La nouveauté: l’événement n’est pas encore connu du public
  • L’exclusivité: vous êtes seul à posséder certaines informations
  • La réflexion: il s’agit de faits et d’opinions face à certaines idées
  • Le vécu: la mise en avant d’une expérience
  •  La compréhension: l’information connue n’est pas complète.
    Vous proposez de la synthétiser.
  • Pratique: l’information existe mais elle est complexe. Vous vous proposez de l’expliquer

Il est impératif de transmettre aux journalistes des informations exactes, y compris dans les dates et dans les chiffres. Un communiqué pour lequel on a un doute est immédiatement écarté!

TIPS:

  • Laissez une marge importante pour les annotations du journaliste
  • Vous pouvez accompagner le texte d’une photo si vous ne comptez pas développer de dossier de presse.
  • La notion d’embargo: il est toujours possible de demander aux journalistes de différer la parution de l’information communiquée. Pour ce faire, cela doit être précisé très clairement et dès le début du communiqué. La meilleure façon de ne pas avoir de surprises est de confirmer l’embargo par téléphone. Soyez intransigeants avec les journalistes qui ne respectent pas l’embargo!

Vous pouvez aussi me contacter pour vous aider à faire le bon choix dans les mots, votre contenu et les techniques d’envoi…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑