How to get media coverage ?

No matter if you have a big launch coming, or just continued solid service, it’s never too soon to start letting people know… Here are four proven yet unconventional ways small businesses can garner press coverage…

1. Focus on Editorial Calendars

When you get press, it serves your business — but sometimes its easier to get your foot in the door when you focus on how you can help out the media outlet. Many publications plan themes well in advance and can offer an editorial calendar. For a local TV station, this could include events they plan to cover, while a monthly magazine might have seasonal themes. Once you’ve identified what they will be working on, see where your business can fit in and bring value — either through offering an expert point of view on a topic or by providing sources.

Local businesses can take advantage of local events that will garner media coverage by just attending. Trade shows, charity events are all possibilities — and photos can continue to build your image through blog posts, sharing on social media or to customers and partners.

Do not hesitate to ask for Press calendars, almost all media do have a yearly plan.

2. Do Good Deeds

One move that will endear you to both the media and the public is, of course, goodwill. Whether it’s a large donation from a tech company or sponsoring a local organization, the possible media coverage can bring light to the other things your business is working on.

The event itself is newsworthy and builds on a previous relationship the company had built with a local reporter. Even with less resources, it’s still possible to express your company’s values.

3. Get Other Press

The most interesting thing about press outreach is that it isn’t ever just a one-time sprint.

Press coverage can snowball into more press coverage, so instead of going after your industry’s leading publication, consider pitching smaller blogs or local news. People who work in media do read their competitors and may be looking for a source — if they see you featured in a story, they can assume you’re accessible and may reach out.

4. Create Your Own Content

Becoming a thought leader on a topic can lead to expert interviews with press down the road. So, if you want to get media coverage, you need to have something to say that others will want to hear.

Why PR? Ok, some clients come to me and are saying:  Because it’s free advertising!
So, if you believe that … , here are some specific advantages of getting this free advertising via media coverage:

  1. Exposure – People who haven’t heard about your business will hear about you
  2. Increased recall – The more often a person hears about you, the more easily they can recall the name of your business in the future i.e. when talking with friends.
  3. Temporary boost in website traffic, searches, social media shares – Temporary because what’s news today is pushed off the “front page” tomorrow.
  4. Sales boost – Even if you get bad press, you can still see an increase in sales. I’ll talk more later about “bad” press…
  5. More press – Getting published in one place often leads to interest from other journalists and bloggers. I call this a the “media echo effect.”
  6. Boost in search rankings – If you’re published on one or more media websites with authority in the eyes of Google, your overall search rankings will increase.
  7. Miscellaneous opportunities – Others in business will often reach out to you with partnership or joint marketing offers after they read about you.

So try to get media coverage with a specialist, it is a must for many reasons, …believe in PR !

More info: Metaphore agency

Article mis en avant

‘Relations Publiques’ riment avec ‘Médias Sociaux’ !

À l’ère du tout Internet, le métier d’attachée de presse change et prend une dimension 2.0.

Aujourd’hui, les relations presse sont au cœur d’une stratégie de communication plus globale qui intègre la dimension digitale et, de plus en plus, les nouvelles pratiques des médias sociaux. Quand les uns, à la vision plus traditionnelle, rechignent à intégrer le Community Management dans les tâches du chargé de Relations Publiques, les autres parlent d’earned media. Quoi qu’il en soit, les qualités requises pour devenir attachée de presse aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’il y a seulement 10 ou 15 ans. Le “consultant en relation avec les publics” peut gérer les médias sociaux et les techniques de référencement, qui maîtrise également les spécificités sectorielles de son client.

Place à  l’e-reputation grâce à votre attachée de presse !

Le Web cristallise tout ce qu’il se dit d’une marque ou d’une entreprise, qu’il s’agisse de la communication de la marque elle-même, ou des publications de tiers. Pour une marque, la notion d’e-réputation est relative à la nature des propos qui la concernent et qui sont les plus visibles sur Internet : inexistants, neutres, positifs, ou négatifs. Concrètement, quand je tape le nom d’une marque ou du’nbe personne (corporate) dans un moteur de recherche, qu’en ressort-il ? Si les premières publications sont neutres (site de la marque, page Wikipédia) ou négatifs (article de blog assassin, avis défavorable sur un site d’avis consommateurs), il faudra agir rapidement pour soigner son e-réputation. En effet, 77 % des internautes préparent leur achat sur Internet via les moteurs de recherche….

Les relations publiques sont l’ensemble des méthodes et des techniques utilisées par des organisations (entreprises, associations, institutions) pour informer les publics de leurs réalisations, promouvoir leur image de marque, susciter de la sympathie à leur égard. Lorsque le Web social n’existait pas, les journalistes étaient les premiers relais d’opinion, d’où l’importance des relations presse. Aujourd’hui, avec l’avènement du Web 2.0, les relais d’influence se sont multipliés. Par conséquent, on ne peut plus se permettre de faire une campagne de relations presse sans prendre en compte les acteurs du digital.

Alors, à part les journalistes Web, il faudra détecter les blogueurs et spécialistes du secteur. Certains  sont des acteurs du Web ayant un  poids auprès des internautes dans leur domaine et s’exprimant sur une ou plusieurs plateformes (Youtube, Twitter, Instagram, LinkedIn…).

Cela demande d’avoir une approche différente : un journaliste est un professionnel, un blogueur pas toujours. Il faut savoir adapter son discours en fonction de son destinataire.

Consultance et gestion du web par un bureau PR…

L’animation des plateformes sociales est l’aboutissement d’une stratégie de communication menée avec la marque pour soigner sa visibilité en ligne (et donc son e-reputation). Il faut savoir définir une ligne éditoriale destinée aux réseaux sociaux. Cela nécessite un certain nombre de recherches sur son environnement, son champ de compétences et sa clientèle. Il faut définir quels réseaux sociaux sont les mieux adaptés à ce client et à la diffusion de ses messages, puis animer ces plateformes avec du contenu exclusif, des actualités liées à la société et à son métier.

De la veille et beaucoup de rédactionnel….Ainsi,  il existe sur le Web de nombreux outils pour “monitorer” ce qui se dit d’une marque sur l’ensemble des médias sociaux. Ils entrent en ligne de compte dans la gestion de l’e-reputation, il est donc nécessaire de les gérer : répondre aux internautes qui nous interpellent via Facebook, Twitter ou une autre plateforme sociale, les faire réagir avec des publications dédiées à la marque ou à son univers, ou encore les récompenser par le biais de jeux ou de concours.

Le Community Management prend tout son sens et est essentiel dans tout plan RP…cela devient un automatisme mais nécessite une méthodologie adaptée à l’ère des médias sociaux…

Article mis en avant

Les Relations Presse, un métier en pleine (r)évolution de contenu !

Les rédaction et les régies se plaignent car le métier est en pleine mutation… Chaque jour, une autre personne me signale que la presse écrite est en danger, que les investissements publicitaires s’effondrent, que les groupes de presse réfléchissent à de nouveaux modèles économiques pour s’adapter aux enjeux du numérique, etc…
La raison: la consommation de l’information qui a radicalement changé.
Pour les lecteurs mais aussi pour les journalistes !

Et nous les Attaché(e)s de presse?

L’information est devenue rapide, instantanée, éphémère et tout le monde peut la produire, la relayer, la commenter. Une information en écrase une autre..toujours plus de blogs, de sondages, de commentaires, de liens, etc… , et nous sommes aussitôt absorbés par d’autres sujets, si bien que nous ne faisons parfois que survoler les contenus qui défilent sous nos yeux et sur nos écrans (de plus en plus nombreux). Alors comment réussir à obtenir une parution qui ne sera pas absorbée par une autre?

Avec un réel contenu…
Un métier qui a toute sa raison d’être !

Aujourd’hui, la mission d’envoi du communiqué de presse, suivi et parution est réducteur… C’est toute la chaîne qui doit être repensée pour que les Relations Presse ne meurent pas.

Quotidiennement, je suis amenée à analyser des tendances, à comprendre quels sont les baromètres… et surtout bien en comprendre ses nouveaux usages. Il est donc essentiel de mettre à profit les nouvelles tendances pour arriver à créer de la valeur ajoutée à notre métier et faire du « pull » (inbound) en plus du traditionnel « push »…soit provoquer de la visibilité et attirer à soi l’attention des internautes, au moment où ils le désirent, pour engager une conversation à long terme. Place donc au  ‘storytelling’,  au ‘newsjacking’ qui sont à mettre à profit dans nos campagnes RP!

Aujourd’hui, les RP (au sein large des ‘Public Relations’) sont un MUST assortis de campagnes marketing, web et gestion de contenus. L’éditorial prend plus de place…Ainsi, le futtur des RP réside dans une convergence pluridisciplinaire des métiers de la COM !

Comme journaliste (de formation), j’ai toujours prôné le fond plutôt que la forme dans l’essence même des RP. Le métier évoluant, le client peut facilement devenir le porte parole, l’ambassadeur d’une tendance, d’une thématique en ayant appuyé son éditorial (content).

Je pense que le métier doit s’intégrer dans des campagnes web et faire une réelle joint-venture avec les médias sociaux de façon automatique car l’un n e va plus sans l’autre…

Envoyer du contenu nécessite plus de réflexion car il sera décliné sur plusieurs médias et chaque mot/phrase a un objectif propre car ils sera lui aussi relayé de plusieurs manières dans différents supports…

Faites la part belle aux RP en cette rentrée pour vos budgets et futurs…
Boostez votre contenu pour que parmi tous les canaux qui aujourd’hui s’offrent à nous, notre mission reste importante dans un plan COM complet avec une réelle valeur ajoutée !
Article mis en avant

TIPS pour vos contacts avec les journalistes

L’attachée de presse, souvent déclinée au féminin, est la meilleure alliée du journaliste. C’est en effet elle qui fournit la plupart des informations que celui-ci traite.

1. Ne pas appeler les journalistes au téléphone

Il faut savoir que le journaliste, surtout celui qui ne diffuse que sur internet, n’aime pas être dérangé par un coup de téléphone. Un appel téléphonique est pour la plupart d’entre eux intrusif. C’est pourquoi ils préfèrent les communications par mail, par message privé sur Facebook ou encore des entretiens en face-à-face.

Les deux principales raisons à cela :

  • Un coup de fil ne laisse pas de traces écrites de vos échanges.
  • Un journaliste traite plusieurs dossiers à la fois.

2. N’envoyez pas de mail trop volumineux

Il n’est pas utile de faire parvenir par mail tous les visuels illustrant votre communiqué de presse. Une image de face, une autre de dos et une dernière de trois quart suffiront. Choisissez-en de 1000 pixels de large, compressées à 85%.

Pour les autres visuels que vous souhaitez transmettre aux journalistes, privilégiez les espaces de stockage en ligne (du type WeTransfer, RapidShare, etc.). L’idéal est même de transférer les liens des visuels vers une salle de presse virtuelle afin qu’ils puissent les récupérer directement.

3. Envoyez tous les éléments dans le même mail

Évitez de tronquer votre message en deux parties, du type, le corps du communiqué de presse dans un premier mail et les visuels dans un second mail. Cela a le don d’irriter les journalistes. Ce type de mail indique d’ailleurs qu’il est trop volumineux pour tenir en un seul (cf. §2).

4. Bannissez les envois de mails multiples

Inutile d’envoyer à plusieurs reprises votre communiqué de presse. C’est une des choses qui agacent le plus les journalistes. Vous avez travaillé dessus des heures durant et avez hâte d’avoir leurs retours certes. Mais ce n’est pas la peine de les relancer dans les 24heures qui suivent par téléphone. Attendez trois jours pour faire le suivi personnalisé et leur laissé le temps de prendre connaissance du contenu.

5. Attention aux adresses collectives

La plupart du temps, en plus des adresses personnalisées, les communicants utilisent aussi des mails collectifs. Ils renvoient généralement à un ensemble de journalistes. Il faut donc éviter d’envoyer le même message sur les adresses personnalisées et les adresses collectives.

6. Évitez les mails sans grand intérêt

Chaque journaliste a son domaine de prédilection pour traiter les sujets. Inutile alors d’envoyer un communiqué de presse présentant le nouveau logiciel de votre marque alors qu’il ne traite que des sujets économiques. Cela ne fait que lui faire perdre son temps ainsi que le vôtre puisque votre message ne sera pas relayé.

7. Choisissez bien vos cibles

Suivant le point 6, il est donc primordial de bien sélectionner ses destinataires. Est-ce que la personne à qui vous envoyez votre communiqué est bien concernée par le sujet ?

8. Sachez à qui vous parlez

Apprenez à connaître vos correspondants. C’est d’autant plus important que chaque journaliste a ses propres exigences en termes d’informations, de données dont il a besoin pour traiter un communiqué de presse.

9. Connaitre ses cibles et ses précédents

Au-delà de l’aspect professionnel, connaître, bien connaître les journalistes à qui on s’adresse est une nécessité pour construire une relation durable. Une attention particulière devra donc être apportée à chacun suivant le vécu de chaque personne. Ne placez par exemple pas un journaliste à côté de son ancien patron, avec qui il n’est pas resté en bons termes.

10. Les petits détails comptent

On ne le répètera jamais assez, mais il faut prendre la peine de connaître les journalistes avec qui vous travaillez. Chacun a son tempérament. Il y en aura certains avec qui vous pourrez discuter librement, en toute légèreté et d’autres pas du tout. Retenez ce type d’informations.

La règle d’or à respecter scrupuleusement est bien sûr de ne jamais critiquer un journaliste devant un de ces confrères !

11. Ne promettez jamais rien

Si vous avez promis un prototype à un journaliste, vous devez lui fournir un prototype de votre produit. Il est très mal vu dans la relation de presse de faillir à ses promesses, car les journalistes construisent leurs articles suivant les données que vous leur transmettez et bien évidemment celles que vous leur avez promis. Si vous n’êtes pas en mesure de tenir votre parole, ils peuvent se retrouver dans l’embarras pour boucler leur article et leur rédaction encore plus !

12. Imposez-vous

Faites valoir vos compétences et votre connaissance des produits que vous souhaitez mettre en avant. Cela renforcera la légitimité de votre rôle en tant qu’attaché de presse auprès des journalistes. Il n’y a rien de pire qu’un attaché de presse qui ne sait pas de quoi il parle.

13. Choisissez les moments pour ne pas faire de commentaires

Certains journalistes peuvent vous demander votre avis concernant les produits que vous souhaitez mettre en avant. Dans ce genre de cas, le mieux que vous puissiez faire est de vous taire ou tout simplement éluder la question. Vous pouvez par exemple pour cela dire que « le produit s’insère parfaitement dans la gamme ».

14. Évitez les relations intimes avec les journalistes autant que faire se peut

Le monde de la presse est tout particulièrement difficile. Les histoires potaches se propagent extrêmement vite. Il est donc fortement déconseillé de s’embarquer dans des relations sans lendemain avec certains journalistes.

15. Gardez le cap sur vos propres méthodes

Il arrive que les journalistes essaient de s’attirer vos bonnes faveurs en vous donnant des conseils ici et là. N’en croyez rien et ne tombez pas dans le panneau, car au pire ils essaient de vous déstabiliser pour vous voir vous tromper à la prochaine conférence de presse.

Soyez PRO et pragmatique avant tout.

Earned media, est-ce si nouveau?

Metaphore - socia media
earned media 🙂

Entre les relations “tous publics” et la seule cible des influenceurs, il existe une troisième voie : le earned media. Les Américains ont clairement de l’avance sur nous et la tendance est au ‘earned media’. Ce terme désigne l’exposition gagnée (earned) dont bénéficie gratuitement la marque sur des supports personnels ou professionnels qu’elle ne contrôle pas. Il s’agit essentiellement des mentions sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), sur les espaces de commentaires (avis des consommateurs, commentaires sur des articles presse) et des diffusions virales de vidéos.

Dans ce cadre, les retombées presse peuvent également être considérées comme du ‘earned media’. Ces résultats sont essentiellement le fruit du travail de l’agence qui s’assure qu’un communiqué de presse est bien repris sur un site Web en raison de sa pertinence ou de sa visibilité sur le Internet… ou encore lorsqu’un blogueur ou un journaliste rédige un écho sans qu’une communication particulière ait été concoctée mais plutôt en raison d’une bonne communication globale auprès des médias. Puis, la communauté de fans partage,  commente et relaie !

Objectif: susciter de la conversation autour de la marque en utilisant tous les espaces et tous les moyens : dialogues sur les réseaux sociaux, création d’événements, publication de contenus. L’agence Métaphore offrira donc des conseils stratégiques de communication globale : création de contenus, Community Management, relations presse….

Une e-reputation à entretenir !

La question est la suivante : comment peut-on intéresser la presse à ce sujet et comment prolonger sur les réseaux sociaux ensuite ? Aujourd’hui, il n’y a plus les relations publiques d’un côté et le Community Management de l’autre. Les deux ne sont pas imperméables l’un à l’autre.

L’e-reputation ne va pas sans la réputation. Le virtuel et le réel communiquent, et cette réalité engendre le déploiement de nouvelles stratégies de communication à créer pour ceux qui deviendront les consultants en relations publics de demain.

Plus de compétences techniques…

Avec les nouvelles technologies, les lignes du métier changent. Pour moi, à l’agence Métaphore, les compétences sont de plus en plus techniques : il nous faut  comprendre le jargon, le fonctionnement des réseaux sociaux, les techniques de référencement, etc. Le digital nous pousse à évoluer en permanence. Il faut absolument accompagner les clients dans cet univers. Aussi, les avis des internautes ont de plus en plus de poids et leur influence est croissante, surtout dans un contexte d’achat en ligne.

Place au développement du “brand content”. L’avènement des nouvelles technologies a fait naître de nouveaux besoins en termes de contenus éditoriaux (newsletters, blogs, Twitter, Facebook…) et de formats d’expression (texte, vidéo, audio). La marque doit donc pouvoir diffuser des messages dans les différents formats, afin en quelque sorte d’entretenir la conversation ey les échanges avec les publics on-line.

En bref, en complément des qualités requises pour travailler avec la presse (qualités rédactionnelles et relationnelles), les relations publiques 2.0 intègrent toutes les nouvelles pratiques du Web et des médias sociaux :

  • rédiger un communiqué en menant une réflexion sur les mots-clés
  • diffuser le communiqué en ciblant les journalistes et en intégrant les nouvelles techniques de référencement
  • entretenir une communauté de followers sur Twitter
  • garder un œil sur les autres réseaux sociaux type Facebook
  • s’inquiéter de la réputation de ses clients sur la Toile
  • intégrer les outils Web, audio et vidéo

….forment aujourd’hui un tout.

Consultez-nous: www.metaphore.eu

Vos RP et le DIGITAL !

La digitalisation des relations presse, source de proximité, profite pleinement aux marques/entreprises/produits. Petite explication sur cette évolution de la communication…

Plan d’action RP face à la démultiplication des canaux…

La numérisation des relations sociales a apporté son lot de changement dans le monde médiatique.
L’agence Métaphore a choisi de profiter de cette digitalisation pour flirter avec cette  révolution dans le secteur des Relations Presse.

Internet devient un réel pilier dans notre stratégie de communication, avec l’influence comme maître mot.
Désormais, les internautes constituent les principales cibles de toute communication d’influence, nom qu’on attribue aujourd’hui aux RELATIONS PRESSE ! Avec l’avènement des réseaux sociaux, les canaux de diffusion se sont démultipliés.L’influence est départagée entre ces différents canaux mais chacun d’eux permet aux marques/entreprises/produits d’entrer directement en contact avec leurs clients, des interlocuteurs qui ont aujourd’hui le pouvoir de contrôler leur image grâce à cette proximité et cette facilité d’interaction.

Pour les marques/entreprises/produits, le but est donc de dominer la communication en diffusant plus rapidement des informations qui se doivent d’être pertinentes, claires et concises. Il est donc essentiel d’entretenir une relation constante et forte avec les internautes.

A partir de tous ces paramètres, Métaphore a mis en place de nouvelles stratégies digitales. Pour être efficace, il est impératif de déterminer les générateurs d’influences et d’informations (consommateurs, internautes, journalistes, etc.), et réagir du tac au tac à leurs publications, surtout qu’avec ces nouveaux modes de communication, ni le temps ni l’espace ne risquent plus de faire obstacle.

Les RP doivent absolument  identifier les diffuseurs d’information avec lesquels les marques/entreprises doivent parler ouvertement et constamment à travers des contenus pertinents et porteurs de sens. Cette stratégie de proximité permet d’asseoir la confiance. Voilà un des aspects du néo-marketing.

Bien établies et parfaitement exécutées, ces nouvelles stratégies de communications digitales ont prouvé leur efficacité. Pour bénéficier de leurs avantages, les marques/entreprise n’hésitent pas à y mettre le prix, surtout sur des prestations personnalisées.

Les RP évoluent et doivent donner une place importante aux communications digitales qui trouvent leur efficacité dans la pertinence, l’exploitation de tous les canaux de diffusion et la personnalisation du message en fonction de l’identité de la cible.

Du réel contenu comme stratégie d’influence !

Les Relations Presse sont incontournables pour construire des relations durables entre une marque et les journalistes, blogueurs et leaders d’opinion. Les Relations Presse (RP) couvrent la presse écrite (journaux, magazines), les chaînes de radio et de télévision ainsi que les médias on-line (pure players et sites des médias traditionnels) et les réseaux sociaux.

Si la gestion des Relations Presse est le métier originel de RUMEUR PUBLIQUE, Metaphore – Press & Public Relations a su le faire évoluer pour proposer aux entreprises et aux institutions de toutes tailles une démarche de progrès selon 4 axes:

  • 1. Médiatiser les actualités de la marque/site/lieu/entreprise/autres
  • 2. Connecter la marque à l’actualité
  • 3. Créer l’actualité
  • 4. Faire de votre marque/site/lieu/entreprise/autre/ un média reconnu et de référence

L’efficacité de cette approche repose avant tout sur la création d’un contenu original associant informations objectives constructives et éclairages sur le secteur de la marque/lieu/entreprise/autres. Toujours en charge de vos RP,  de vos relations avec les médias, nous nous appuyons sur ces contenus structurés pour prendre contact avec les acteurs de l’information, les intéresser et les convaincre de relayer vos discours, prises de position et points de vue comme vos nouveautés/news.

Principaux outils de vos Relations Presse…

Retenez toujours que le communiqué de presse est le vecteur le plus simple /concret et le plus accessible pour valoriser l’actualité de votre marque et/ou de votre entreprise auprès de vos cibles médias.

La conférence de presse, quant à elle, est le format événementiel le plus adapté pour présenter un projet ou des résultats, lancer un produit ou une initiative ou encore annoncer un changement majeur. Elle permet aux dirigeants/porte-parole de l’entreprise de développer des points de vue en lien avec l’actualité et d’interagir avec un auditoire qualifié. Des rencontres telles que les déjeuners ou petits-déjeuners de presse favorisent les échanges moins formels et plus approfondis avec les journalistes et les bloggeurs qui suivent votre marque et ses thématiques.

Construisez toujours vos RP sur base d’un fil rouge lié au contenu… en tant que journaliste, je prône volontiers la bonne écriture de ces documents délivrées aux médias!

Un(e) attaché(e) de presse est perçue comme une personne qui a développé un relationnel fort auprès de journalistes clés, dans un secteur donné. Sa mission est de convaincre les média de publier des articles sur les entreprises qu’elle représente. Mais cela est bien plus… Après 20 ans d’expérience, je confirme que le métier évolue vers du coaching et vers une réelle mise en mise d’un compétences au niveau des médias sociaux en sus des Relations Presse ‘classiques’. Explications…

La première compétence de l’attachée de presse en charge de la promotion de services ou de produits « techniques » est sa capacité à interroger les dirigeants pour qu’ils identifient le discours, les informations qu’ils souhaitent communiquer vers leurs propres clients, prospects et partenaires, voir vers leurs collaboratrices/eurs au travers de la presse.

Cette partie du travail exige d’être dans une écoute active et bienveillante des propos des chefs d’entreprise, managers et directeurs de la communication afin qu’ils puissent éclaircir leurs idées, propos et messages.

L’attachée de presse doit également, au cours de ces premiers entretiens, s’approprier leur jargon professionnel afin de les comprendre et mieux échanger avec eux.

En s’associant à ses clients, la consultante comprend leurs enjeux et est à même de les guider avec efficacité pour qu’ils explorent par eux-mêmes leurs objectifs réels en communication.

L’empathie, la capacité de s’intéresser à la carte du monde de l’autre, l’aptitude à se mettre à la place de son interlocuteur pour le comprendre, la compétence à faire clarifier un objectif sont les préalables de tout coach.

Une autre partie conséquente du travail de l’attachée ce presse est son talent, dans la masse des informations fournies, à faire immerger les informations clés qui seront susceptibles d’intéresser les journalistes. Si les services communication des grandes entreprises préparent ce travail et ont tendance à imposer les sujets, il est en tout autrement dans les PME. L’attachée de presse réalise pour ses clients un travail de détection des tendances et thèmes sur lesquels construire une communication. Elle va largement contribuer à structurer le discours, définir les messages clés et établir un programme et planning de relations presse en cohérence avec les enjeux business. De la même façon, lorsque le coach accueille son client, il est submergé par une quantité d’informations et il doit y dénicher, un peu comme dans une pelote de laine, le premier petit bout de laine qui permettra de détricoter la situation !

Depuis ces dernières années et les crises successives que traverse la presse, les journalistes sont de plus en plus pressés par le temps (presse en temps réel sur le web, arrivée des réseaux sociaux…) et n’ont plus assez de temps pour écrire. Aussi les attachées de presse sont montées en compétence et ont appris à rédiger à partir d’entretiens des dossiers de fond, des tribunes thématiques, des avis d’experts qu’elles envoient aux journalistes. En déployant des ressources rédactionnelles en plus de leurs aptitudes relationnelles, elles sont devenues des piliers discrets et efficaces sur lesquels les chefs d’entreprise et dirigeants peuvent compter. Aussi bien pour les relations presse que pour communiquer vers d’autres publics d’ailleurs.

Il était une fois une attachée de presse qui se disait continuellement : comment faire pour que mon client qui a une haute opinion de lui-même, une sorte de « Dieu, leader sur son marché » puisse plaire au journaliste, La Star qui maitrise les mots et leur impact sur les clients potentiels dudit client ? L’attachée de presse mettait alors – et c’est toujours d’actualité – tout son savoir-faire d’efficacité opérationnelle, de créativité, d’écoute des intervenants, ses talents de médiateur et parfois même de… bouc-émissaire (sourires…) pour que la rencontre soit une réussite et que le journaliste choisisse d’écrire sur son client.

Elle se sentait comme un conciliateur, expliquant sans relâche aux « leaders » les difficultés du métier de journalistes et à ceux-ci comment il est parfois compliqué d’être un chef d’entreprise !

Cette capacité à mobiliser toutes ses ressources au service d’un objectif concret, réaliste, mesurable et écologique apportant un état souhaité – l’article – est bien une compétence de coach. On peut aussi saluer la performance des attachées de presse à garder leur position en « back office » de leur client pour que celui-ci communique avec brio et réussisse son entretien, son objectif. Là encore, on reconnait une caractéristique du coach : rester en arrière plan de son client et l’accompagner pour que celui-ci déploie son potentiel.

Parfois des dirigeants reconnaissent à leur attachée de presse un petit côté « psy » dans leur aptitude à croire en eux quelle que soit le contexte, à les « dorloter » pour qu’ils se sentent au mieux de leur forme avant un enjeu (interview, enregistrement radio, télévision…)… Le coach ne materne pas et en même temps, il est souvent perçu comme une personne bienveillante, très à l’écoute des besoins et des attentes de ses clients, croyant en leurs talent, en eux.

En bref… Empathie, bienveillance, capacité à prendre du recul, aptitude à guider vers des objectifs concrets et réalistes, volonté d’obtenir des résultats mesurables et identifiable, croyance en l’autre… le coach a une jolie part d’attachée de presse en lui…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :